AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un grand besoin d'une épaule ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: Un grand besoin d'une épaule ...   Mar 2 Nov - 12:24


Julian Sullivan
Dolce B. Waldorf

Le rôle d'un ami, c'est de se trouver à votre côté quand vous êtes dans l'erreur,
puisque tout le monde sera à côté de vous quand vous aurez raison.



    C'était le retour des vacances d'automne, et pour la première fois je n'avais pas quitté Manhattan. Pas que je ne veuille pas mais ... Bon d'accord je ne voulais pas, cela fait déjà quand même plus d'un mois que j'ai appris pour Dylan et Kelsey et en ne sortant pas j'ai voulu faire un travail sur moi même pour que leur couple ne m'atteignent pas. Certes ils avaient l'air de vraiment s'aimer mais ce n'est pas pour autant que je vais tout pardonner et faire la fête avec eux ! Ah ça il en est hors de question ! Heureusement durant cette période j'ai pu compter sur une personne à qui je n'aurais jamais penser, Julian Sullivan. Je suis sortie avec Julian pendant un moment puis il est sortie avec Kelsey, ce qui à l'époque m'avait énormément blessé et en y repensant Dylan n'était pas sa première trahison. En revenant à Julian, aussi bizarre que cela puisse paraitre il m'a été d'une grande aide, il est devenu une sorte de meilleur ami pour moi, voir mon seul ami. Aujourd'hui il est la seule personne a qui je peux confier mes craintes et avec qui je peux rigoler sans qu'il soit hypocrite avec moi ! Oh j'allais oublier son adorable petite amie, Erika, c'est une fille géniale avec un grand cœur ! Il arrive que je les invites tout deux chez moi. Assez de penser, le réveil vient de sonner.

    9 heure du matin, je me lève de mon lit, allume ma chaîne pour tomber sur "Just a dream" de Nelly, ça tombe bien j'aime cette chanson. Tout en fredonnant, je me prépare un bol de céréale : du lait avec des coco-pops. Je mange en cinq minutes puis file dans la salle de bain, je prends mon temps pour me brosser les dents, des fois il arrive que je mette dix minutes pour bien le faire mais vaut mieux le faire rarement parce que après il y a une sensation bizarre dans la bouche comme si elle était pâteuse. Une heure plus tard je sors de la salle de bain après avoir pris une bonne douche, je me fais des grosses nattes dans les cheveux, et je me maquille. J'écoute la météo pour savoir s’il va faire beau ou non, une belle journée s'annonce pour cette nouvelle rentrée des classes. J'ouvre mon dressing et y sort un débardeur rose tout simple pour le porter avec un jean slim foncé et un blazer noir. Côter accessoire j'opte pour une paire d'escarpin noir avec un joli collier et tout plein de petits bracelets à mon poignet. Une fois prête, je vérifie une dernière fois qu'il ne manque rien dans mon sac et ensuite je défais mais nattes pour laisser place à une chevelure ondulé mais encore mouillé, pas le temps pour le sèche cheveux il est 11h39 et mon cours commence dans trente minutes.

    Cinq minutes en avance, finalement j'ai bien fait de prendre un taxi au lieu d'attendre la limousine de mes parents. Je dois assister à un cours d'économie rien à voir avec ce que j'ai envie de faire mais au cas où, je prévois déjà un plan B. Quand je suis entré tout le monde courrait dans tout les sens à croire qu'ils s'étaient tous perdu, pourtant il n'y avait pas le feu et on en était déjà à la moitié du semestre donc comment pouvait-on se perdre ? Un petit pardon par ci et un petit chemin par là, me voici devant la classe d'économie ou plutôt amphithéâtre. Il devait y avoir une bonne quarantaine d'élèves mais un seul m'intéresser et c'était Julian. Oui l'économie était la seule matière que nous avions en communs alors autant en profiter, aucune présence de Julian surement encore dans son lit. Je m'apprêtais à me trouver une place quand j'aperçu un jeune couple qui rigolait et s'embrassait, à première vu ils étaient mignon mais à la deuxième ils ne l'étaient plus autant. Mais pourquoi persistent-ils à me suivre, pourquoi Kelsey et Dylan persistent à me mettre leur amour en face ? Tellement de pourquoi qui n'expliquerait pas les larmes qui étaient entrain de couler tranquillement sur mes joues. Quand je m'en rendus compte il était trop tard, j'étais déjà en-dehors du campus à héler un taxi pour me rendre là où je me sentirai mieux. Retour dans l'Upper East Side, devant une porte ou je toque avec force et colère.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un grand besoin d'une épaule ...   Lun 15 Nov - 7:08


Dolce B.Waldorf &
Julian Sullivan



Un grand besoin d'une épaule ...



© Unknown


Dire que Julian était un jeune homme laxiste n’était pas vraiment la meilleure façon de le définir. Enfaite, bien qu’il soit inscrit à la faculté pour suivre un cursus de « business-man », et ensuite marcher les traces de son père, il a une sainte horreur de l’école, des études et de tout ce qui ça implique…devoirs, partiels et tout le travail de révision. Il se demandait juste quand il pourrait enfin reprendre l’affaire, et s’il pourra imposer ses idées à son paternel, ou s’il devra suivre comme un petit chien ce qu’il lui dicte. Mais bien que Julian soit plutôt reconnaissant de ce que va lui léguer son père, il en demeure pas qu’il veut diversifier son affaire. Explorer des marchés, faire les choses à sa manière. Et au lieu de réfléchir à ses cours, il essaye déjà de voir ce qu’il pourra faire plus tard, pour proposer un projet concret à son père. Il sait qu’il lui sera plus que difficile de le convaincre, mais il était prêt à affronter ses dires et à le contredire si nécessaire.

Aujourd’hui, il avait décidé de prendre sa journée, et surtout de faire une grasse matinée..pourquoi ? Simplement parce qu’il n’avait aucune envie d’aller à ce cours d’économie vraiment barbant !

De plus, il avait veillé tard et était extrêmement fatigué de son week-end où il avait peu dormi. La faute à Antony qui l’avait encore embarqué dans un plan pourri, ou ils avaient dû faire tout new-york à pied pour rejoindre le loft de Sullivan. C’était le pro pour les mettre dans des situations vraiment malsaines, il avait tout fait avec lui, tout partagé, même trop parfois… Antony était comme son double, mais en bien plus beau goss..enfin Julian a plus de charme et Antony a la beauté, on ne pouvait pas les comparer, et l’un avait plus de charisme que l’autre, bien sûr, niveau charisme je parle pour Julian, c’est tout un personnage à lui seul…alors qu’Antony est plus effacé… Enfin, on n’est pas là pour faire une thèse sur les deux jeunes hommes…

De toute façon, c’était soit il dormait dans son lit, soit sur le bureau de l’amphithéâtre…et niveau confort, il préférait largement son lit douillé, au rustre banc de l’université.

Il était totalement en immersion sous son amas de couverture quand il entendit frapper à la porte. Il se dit qu’importe qui était derrière, s’il ne répondait pas, elle allait certainement partir. Mais c’était sans compter sur le fait que cette personne insistait pour qu’il ouvre la porte. Il regarda l’heure...8h34. Il se leva bien malgré lui, en ayant en tête de bien congédier la personne qui le déranger dans sa grasse matinée. Les coups ne cessèrent pas sur la porte, comme si la personne qui était derrière connaissait Julian et qu’elle savait qu’il ne répondrait pas sans qu’on insiste vraiment, quitte à l’énerver. Ce n’était pas Antony, car il avait une clé de l’appart’, il opta pour Erika et ses folles envies matinale.

JULIAN – ça va, ça va j’arrive ! – Dit-il en haussant la voix. Il avait enfilé une chemise qui trainer au sol et qui était celle qu'il portait hier, pour le bas, il était resté en boxer, bien décidé à ne pas faire rentrer l’imposteur de derrière la porte, et d’aller retrouver au plus vite son lit !

Il ouvrit la porte, et s’en qu’il ne put dire quoi que ce soit, la jeune fille entra, déposa ses affaires sur le canapé et s’y asseyait. Il n’avait pas reconnu Dolce sur le coup, il avait la tête dans le coltard, mais quand il émergea un peu, il la reconnue.

JULIAN – Waldorf qu’est tu fous là ? T’es pas en cours ? Puis t’as vu l’heure ? – Il referma la porte en la laissant claquer..il se dirigea vers elle, elle n’avait dénié lui répondre et elle tirait la gueule. Une superbe matinée en perspective attendait Julian. – Bon tu vas te décider à parler ? J’suis crevé donc si c’est pour te regarder faire la gueule, j’vais me recoucher !

Il avait pour habitude d'être totalement direct avec elle, et là, il n'hésitait pas à lui dire clairement "Dolce tu m'emmerdes donc soit tu me dis ce qu'il y a soit tu prends la tangente". Fallait pas qu'elle le prenne mal, puis faut dire qu'elle était habituée à lui aussi. Dolce était une de ses ex, ils s’étaient fréquentés pendant quelques mois quand ils étaient au collège. Puis ensuite, ils s’étaient perdus de vu avant de reprendre contact il y a quelques mois. Il aimait bien la détermination de cette fille, et il appréciait aussi sa beauté naturelle, comme si les fées s’étaient toutes penchées sur son berceau à sa naissance. Mais là n’était pas la question, Julian s’impatientait de savoir le pourquoi de sa visite…
Revenir en haut Aller en bas
 

Un grand besoin d'une épaule ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: •••Downtown :: Résidences :: Loft de Julian Sullivan-